Alliance avec les loups

pour une cohabitation durable entre le loup et l'homme

Le loup, le cerf et le ruisseau


Dans le pur style de Jean de La Fontaine... Et sur le rôle que joue le loup sur les ripisylves (Berges des ruisseaux et rivières) et donc sur l'eau et sa qualité.
La nature de la raison est toujours la plus forte.
Nous allons le montrer en quelque sorte.
Un loup se désaltérait
Dans le courant d’une eau sale.
Un cerf survient à jeun,
Qui cherchait une branche idéale.
Et que la faim en ces lieux attirait.
Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?
Dit le loup plein de rage :
Tu seras châtié de ta témérité.
Sire, répond le cerf, que votre Majesté
Ne se mette pas en colère ;
Mais plutôt qu’elle considère
Que je n’ai pas eu vent de son retour,
Sur ces berges et alentours.
A quelques pas en-dessous de lui,
Le ruisseau chuchota : tu troubles ma fraîcheur et l’eau du puits.
Comment l’aurais-je fait sans te piétiner ? Lança le cerf.
Depuis que sa Majesté a disparu, jour après jour tu me dessers.
Au loup de se fâcher, ne vois-tu pas que tu dévores ses berges ?
Ne penses-tu pas priver ce ruisseau d’ombrage ?
Que sans les arbres et les herbes que vous détruisez, toi et ton entourage,
Tu l’exposes au plus grand vent.
Veux-tu sa fin ? Que les racines de ses rives ne filtrent pas les polluants.
N’as-tu pas compris que toi et les tiens, sans moi pour vous chasser,
Vous faites le vilain jeu des hommes.
Et vous allez finir par nous empoisonner.
Le ruisseau murmura :
Je vous le dis votre grandeur, il faut que sa Majesté se venge.
Là-dessus, au fond de la forêt
Le loup l’emporte et puis le mange.
Sans autre forme de procès.

M. Atman 16/02/2014, d'après le style de La Fontaine.

creation Griff'Informatique